Православное христианство.ru. Каталог православных ресурсов сети интернет

Рейтинг@Mail.ru

Histoire

Depuis les constructions en 1860 de l’église de la rue Longchamp, alors que Nice était territoire sarde, en 1867 de la chapelle en la mémoire du Tsarévitch, celle de la cathédrale achevée en 1912, jusqu’à la période contemporaine qui voit les responsables et bénévoles conserver et développer ce patrimoine unique, un fil continu d’enthousiasme accompagne la vie au sein et autour de la cathédrale, tant de la part du clergé que des fidèles ou des défenseurs du patrimoine.

La chapelle du Tsarévitch

La cathédrale Saint-Nicolas

Objets sacrés et vénérés

L’histoire de l’icône de Saint Nicolas qui se trouve à Nice dans la cathédrale Saint Nicolas est touchante pour le cœur de chaque croyant russe et fort intéressante. Cette icône appartenait à l’héritier du trône, le Tsarévitch Nikolay Alexandrovitch, fils ainé du Tsar Alexandre II ; lors de son décès à Nice en 1865, elle se trouvait près de son lit de mort.

Sa mère, la Tzarine Maria Alexandrovna, a remis cette icône à l’église russe de la rue Longchamp, où, en avril 1865 s’est déroulé l’office funèbre de son fils. Lorsque à l’endroit même de son décès fut édifiée une chapelle commémorative rappelant à tous cette triste et dramatique page de l’histoire de la Russie, l’icône a été placée sur la façade de celle-ci, où elle est restée longtemps. Sous l’effet du soleil du Sud et le l’humidité apportée par la mer, le verni de l’icône s’est dégradé, l’huile de lin s’est condensée en gouttes sombres bloquées par le verni, finalement la représentation du Saint avait complètement disparu. Plus tard, la cathédrale vit le jour près de la chapelle, l’icône brûlée fut retirée de la façade de la chapelle et fixée dans l’autel de la cathédrale au dos de l’iconostase. En 1935, huit jours avant la célébration de la Saint Nicolas d’été, le métropolite Vladimir (Tikhonitsky), qui officiait dans la cathédrale de Nice depuis bien plus longtemps que tous ses prédécesseurs, a remarqué que des taches blanches apparaissaient sur l’icône et qui devenaient de plus en plus importantes et, au 22 mai, le visage du Saint Nicolas le Thaumaturge, le protecteur de la plus belle et la plus grande cathédrale orthodoxe russe en Europe occidentale, était redevenu visible. En l’honneur de cette rénovation de l’icône un office de remerciement fut célébré. De nombreux experts, consultés à de nombreuses reprises, avaient tous déclarés qu’aucune explication ne pouvait être prononcée à cette rénovation, sauf la spiritualité.

Les fidèles de la cathédrale ainsi que de nombreux pèlerins visitant Nice ont pu se rendre compte de la rénovation de cette icône représentant Saint Nicolas le Thaumaturge, par la manifestation admirable de la Providence du Seigneur. L’icône a commencé à être perçue comme un élément sacré et vénéré indissociable de la cathédrale et protectrice pour tous les fidèles enfants de l’Eglise orthodoxe russe se trouvant au sud de la France. De nos jours, adorer cette représentation du Saint Patron de la cathédrale est devenu une tradition pieuse pour tous les fidèles orthodoxes.


PhotoPhotoPhotoPhotoPhoto